×
PORTES OUVERTES AU SECONDAIRE: Jeudi 15 novembre 2018 à 18h30

Les honneurs pour notre directrice pédagogique

22 juin 2018

Magog, le 22 juin 2018

HONNEUR. Fondatrice de l’école Montessori de Magog et enseignante aux méthodes innovatrices, Sylvie des Rosiers a été récompensée pour l’ensemble de son œuvre en se voyant remettre la médaille de l’Assemblée nationale par le député d’Orford, Pierre Reid.

M. Reid a profité de la fin de l’année scolaire, le 21 juin, pour décerner cet honneur à Mme des Rosiers, devant les membres de sa famille et collègues de travail.

Ancien minstre de l’Éducation et ex-recteur de l’Université de Sherbrooke, le député d’Orford a été à même de constater l’apport de la nouvelle «médaillée» auprès de nombreux jeunes, mais aussi, des autres enseignants. «J’ai assisté à la naissance de cette école (en 2009) et j’ai découvert une femme visionnaire capable de partager sa passion pour les enfants. Et malgré toutes ses occupations, elle a toujours cherché à innover, poursuivant même des études à la maîtrise et au doctorat», a vanté celui dont le fils Louis fréquente l’école Montessori depuis quelques années déjà.

Mère de deux enfants et ancienne entraîneure de l’équipe nationale de ski alpin, Sylvie des Rosiers a eu une bonne pensée pour sa complice Ingrid Bothella, qui était elle aussi présente aux premiers balbutiements de Montessori Magog. «Nous avons débuté sur la rue Tupper, et on croyait sincèrement demeurer une petite école. Aujourd’hui, on se retrouve avec 275 jeunes et des groupes d’âge de 18 mois à 18 ans», a-t-elle lancé, en faisant référence au pavillon du chemin Roy (inauguré en 2013) et à celui du Centre d’arts Orford (inauguré en 2017).

«Mais, on a beau avoir une mission et des objectifs, ça prend toujours des enseignants pour porter cette vision», a-t-elle ajouté.

Malgré toutes ses réalisations, Mme des Rosiers est loin de vouloir s’arrêter. «On doit toujours chercher à innover dans nos méthodes d’enseignement. La nouvelle génération a des besoins différents de celle qui l’a précédée. Et nous aurions avantage à nous inspirer des Finlandais, qui ont connu beaucoup de succès en implantant plusieurs écoles laboratoires», a-t-elle suggéré.

Article de Patrick Trudeau
Le Reflet du Lac