×
Vous souhaitez découvrir notre école (préscolaire-primaire-secondaire), n'hésitez pas à prendre rendez-vous pour une visite individualisée au 819 769 0963.

Une étape « cruciale » franchie

20 mars 2018
Magog, le 20 mars 2018
L’École Montessori Magog retrouve le plein contrôle sur son développement grâce à une transaction de quatre millions $ par laquelle elle redevient propriétaire de ses installations situées sur la rue Roy, à Magog.
« Cette étape était cruciale pour la suite de notre développement, affirme le président du conseil d’administration de l’École Montessori Magog, Pierre-Alexandre Morier. Non seulement notre statut d’organisme à but non lucratif nous permettra de jouir de certains privilèges fiscaux, il réaffirme également notre volonté et notre capacité à progresser. »

Pour bien comprendre la situation, il faut savoir que le bâtiment abritant les élèves du préscolaire et du primaire de l’École Montessori Magog avait été vendu en 2014 à un groupe d’hommes d’affaires formé de Gilles Bélanger, Stéphane Bourque et Sylvain Gagné. Cette vente devait faciliter la réalisation d’un projet d’agrandissement de l’école.

Entre 2014 et maintenant, la croissance de l’établissement scolaire s’est poursuivie à un rythme rapide. Les inscriptions ont été tellement nombreuses que le volet secondaire a déménagé dans un pavillon appartenant à Orford musique, à l’intérieur du parc national du Mont-Orford, au début de la présente année scolaire.

Fort bien connu dans la région, l’homme d’affaires Daniel Beaucage a accepté de s’impliquer financièrement avec l’École Montessori, afin de l’aider à redevenir propriétaire de ses installations de la rue Roy.

« J’ai des petits-enfants qui viennent à cette école et quelques-uns de mes jeunes associés envoient aussi leurs jeunes ici, indique M. Beaucage. J’ai cru au projet, que j’ai trouvé très intéressant. C’est pourquoi je leur ai prêté l’argent pour mettre le montant de départ lors de l’achat. »

L’homme d’affaires croit que l’École Montessori Magog mise sur une approche unique. « Pour les garçons, c’est particulièrement bien adapté, je pense, parce qu’ils font beaucoup bouger les élèves », dit-il.

Estimant que l’École Montessori l’aide à attirer de jeunes familles, la Ville de Magog a également accepté de lui donner un coup de main en lui octroyant une somme de 100 000 $, soit l’équivalent de la taxe de mutation facturée à l’établissement.

« L’annonce faite est vraiment grande, déclare la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm. Cette école est très importante parce que les familles avec de jeunes enfants regardent la question des écoles avant de choisir de déménager en région. C’est pour cette raison qu’on a apporté notre contribution financière, une chose qui est possible lorsqu’il s’agit d’un OBNL. »

Quant à Gilles Bélanger, il se réjouit pour l’établissement scolaire. « J’ai peut-être été un catalyseur dans ce dossier, mais je considère tout de même qu’on a réalisé une mission conjointe. La transaction est quelque chose de fantastique pour le futur de l’école », confie-t-il.

Environ 250 élèves, âgés de 18 mois à 16 ans, fréquentent les deux Écoles Montessori de Magog et Orford. Le cap des 300 sera normalement atteint à court terme.

Article de Jean-François Gagnon
dans la Tribune